Vacarme

haiku-givre-prairie

Prairie toute givrée
J’avance d’un pas délicat
Et quel vacarme !

Jura

***

(pas loin de ce givre-ci)

On me demande souvent comment naissent mes haïkus. Lorsque les 17 syllabes n’apparaissent pas du premier coup telle une évidence, je les brode, démêle et rebrode à partir d’un premier jet qui pose mon idée, l’instant que je souhaite partager. Pour vous donner un aperçu, voici le chemin à partir du brouillon d’aujourd’hui. On pourrait jouer à le réécrire encore et encore… si le cœur vous en dit, n’hésitez pas !

En vous souhaitant de goûter pleinement le froid d’aujourd’hui… et de pouvoir vous réchauffer 🙂

A bientôt

Vincent


Tout d’abord :

herbe pleine de givre
elle, si fragile – moi, si lourd
vacarme de mes pas

champ d’herbe givrée
j’avance d’un pas délicat
et pourtant quel bruit !

d’un pas délicat
je traverse ce champ givré
quel vacarme !

prairie pleine de givre
j’y marche d’un pas délicat
mais quel vacarme !

Et puis :

prairie toute givrée
j’avance d’un pas délicat
et quel vacarme !

A suivre… (à vous de jouer, les commentaires sont ouverts !)

1 reply »

  1. Tes photos sont toujours aussi magnifiques et tes poèmes délicats. Je ne savais pas qu’il y avait un nombre de syllabes adéquat à poser pour faire un haïku. Ces sont des perles colorées qui éclairent ma messagerie. Merci!
    Bisous. Marie-Cécile

Poster un commentaire ou un poème...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s